Il y a 100 ans à Carspach, le 18 mars 1918

Conférence -  Exposition -  du 17.03.2018 au 18.03.2018  -

À l'occasion du centenaire du bombardement de la galerie allemande fouillée à Carspach en 2011, l'association Kilianstollen 1918 organise plusieurs manifestations.

Une galerie allemande de la Première Guerre Mondiale

Le Kilianstollen se situe sur la première ligne de front allemande, fixée à l’ouest d’Altkirch entre 1914 et 1918. Il s'agit d'un abri souterrain de grande capacité, construit début 1916 parallèlement à des tranchées, entre 3,5 et 6 m de profondeur, selon des techniques de travail minier.
De nombreux escaliers assurent la liaison avec l'extérieur. La galerie était chauffée par des poêles à bois, alimentée en électricité et probablement raccordée au téléphone. Un double plancher permettait l’écoulement des eaux d’infiltration. Des aménagements mobiliers sommaires servaient aux soldats lorsqu'ils s'y réfugiaient : lits, tables, banquettes, chaises, armoires, étagères.

Le bombardement du 18 Mars 1918

L'artillerie allemande pilonne au matin les lignes françaises avec des obus à gaz. L’artillerie française réplique l'après-midi, concentrant ses tirs sur le Kilianstollen. La plus grande partie de la 6ème Compagnie du 94ème Régiment d'Infanterie de Réserve s'y est alors réfugiée. vers 13h30, la partie sud s'effondre après trois tirs successifs sur près de 60 m : 34 soldats sont ensevelis, 10 sont blessés.
Dès la tombée de la nuit, une opération de sauvetage est organisée mais seuls deux survivants sont retrouvés - ils mourront peu de temps après, des suites de leurs blessures. Treize corps sont évacués ; il sont pour la plupart inhumés dans le cimetière militaire d’Illfurth. L'accès difficile à la galerie et la poursuite des combats interrompent les recherches. Le 4 avril, le régiment est finalement déplacé.
Les fouilles ont révélé que la galerie a été réaménagée après l’effondrement, laissant envisager son occupation quelques mois encore, jusqu’à la fin de la guerre. Des traces d’incendie ont également pu être observées, alors qu'une grande partie était inondée.

Du monument à la réinhumation

Afin de rendre hommage aux soldats, plusieurs monuments ont été érigés successivement :
- dès mars 1918, un panneau de bois où ont été peints leurs noms, uniquement connu par des sources iconographiques ; 
- un bloc en calcaire sculpté d'un casque le remplace ; il a été redécouvert lors de la fouille ;
- une croix en grès inaugurée en 1962 à l’emplacement du Kilianstollen, aujourd’hui au cimetière militaire d’Illfurth.
  
Les restes des soldats retrouvés par les archéologues ont été inhumés à Illfurth après avoir été étudiés, le 19 juillet 2013.

Programme

le 17 mars 2018 
Conférence "La tragédie du Kilianstollen"

par Michaël Landolt, ingénieur d'études à la DRAC Grand Est et responsable de la fouille archéologique
Exposition sur le Kilianstollen (jusqu'au 25 mars)
Objets archéologiques, reconstitutions, matériel militaire, photographies
École primaire de Carspach
localiser

le 18 mars 2018
Commémoration sur site

localiser

kilianstollen1918.com