Le centre de conservation et d'étude - Alsace

Un nouvel équipement dédié à l'archéologie vient d'être construit à Sélestat : il abrite les services d'Archéologie Alsace ainsi qu'un centre de conservation et d'étude.

Soutenu par les Départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, l'État et la Région Grand Est, il vise à mutualiser les moyens financiers, les ressources et les compétences, pour garantir une meilleure cohérence des politiques de conservation et de diffusion des collections régionales, en collaboration avec les musées et tous les acteurs de l'archéologie. Sa gestion est pilotée par Archéologie Alsace, en partenariat avec les services de l'État.

Les "CCE", un concept de l’État, une opportunité pour l’Alsace

L’essor de l’archéologie préventive depuis une trentaine d’années a engendré un accroissement considérable des collections archéologiques à conserver. Conscient de cet enjeu scientifique et patrimonial important, l’État a initié le concept de « Centre de conservation et d’étude » (CCE). Il vise à la création de dépôts archéologiques « nouvelle génération », adaptés à la réalité de l’archéologie professionnelle qui doivent garantir une conservation et une exploitation des collections optimales. L’objectif est de développer, en partenariat avec les collectivités volontaires, un tissu de CCE sur le territoire national chargés de fédérer et de dynamiser le réseau de structures existantes (dépôts archéologiques et associatifs, musées de France et musées locaux, universités, etc.).

Témoignant d’un intérêt fort pour la conservation du Patrimoine, Archéologie Alsace a accepté en 2008 de porter la maîtrise d’ouvrage de l’étude de faisabilité d’un équipement de ce type dans le territoire alsacien, en partenariat avec la DRAC Grand Est. Ce travail a été confié à l’Agence départementale d’aménagement et d’urbanisme du Haut-Rhin (Adauhr).

Remédier aux dysfonctionnements et impulser une dynamique régionale

Un diagnostic territorial a été mené par le Archéologie Alsace pour dresser un bilan de l’étendue des collections archéologiques, leur lieu et leurs conditions de conservation.

Ce sont 46 lieux au moins dans la région qui renferment des collections archéologiques, en volumes très variables et dans des conditions de conservation rarement adéquates (voir la carte). Nombreux sont les dépôts saturés ou sur le point de l’être, les locaux insalubres, mal isolés, non entretenus ou mal équipés. Le manque de personnels formés et l’absence de suivi systématique engendrent également des difficultés. Il existe ainsi de sérieux problèmes quant à la conservation, l’accès, l’étude et la définition du statut juridique des collections.

Ainsi, mettre en place un équipement adapté et un personnel permanent apparaît comme une véritable nécessité. Le Centre de conservation et d'étude poursuit trois objectifs principaux : 

     

    • améliorer la conservation et la gestion des collections
    • faciliter leur étude et leur valorisation 
    • fédérer et de stimuler les acteurs de la région

     

Depuis 2009, Archéologie Alsace et les services de l'État organisent un vaste chantier des collections, c'est-à-dire la reprise des objets issus d'opérations anciennes (inventaire informatique, conditionnement, veille climatique) en vue de leur harmonisation et de leur intégration dans le centre. Plus de 200 m3 de collections ont été traités à ce jour.

Un projet architectural au cœur de l'Alsace

C'est le cabinet W-Architectures qui a été retenu par le jury, fort de plusieurs réalisations d’équipements culturels tels que les réserves du Musée Ingres à Montauban (82) ou l’accueil du Pôle International de la Préhistoire aux Eyzies-de-Tayac (24). L'équipe qui travaille sur le projet est conduite par l’architecte Raphaël Voinchet. 

Le projet architectural se développe sur une surface de 4 245 m², dont 1 447 m² sont dédiés à la conservation des collections. L'acquisition d'un terrain de 1 ha constitue aujourd'hui une réserve foncière qui permettra de répondre aux besoins futurs, le caractère modulable et évolutif étant une composante essentielle de ce projet sur le long terme. Implanté à Sélestat pour pouvoir servir de façon optimale l'ensemble du territoire alsacien, le centre prendra place dans un quartier déjà fortement marqué par ses équipements culturels à vocation régionale (Agence culturelle d’Alsace - ACA -, Fonds régional d’art contemporain - FRAC -, complexe de spectacle des Tanzmatten).

La proposition retenue s’articule autour de quatre idées fortes :

  • composer avec la morphologie du site, la rivière, les limites bocagères et les constructions environnantes afin d’inscrire au plus juste le projet dans le paysage naturel et urbain,
  • donner à « deviner » ce que le centre conserve, étudie et présente,
  • offrir aux scientifiques des espaces en adéquation parfaite avec les impératifs de la restauration/conservation, ainsi que des espaces de bureau agrémentés de vues sur le paysage,
  • optimiser et rationaliser l'organisation des espaces de conservation, tout en offrant au bâtiment un caractère accueillant, protecteur et serein.

Des études spécifiques sur la régulation du climat dans les réserves et plus généralement sur la consommation énergétique du futur bâtiment ont permis au projet de répondre aux exigences des normes "Bâtiment Basse Consommation" (BBC).

Arrière-plan : © Archéologie Alsace


DOCUMENTS

Règlement intérieur >>

Demande de consultation >>

Conditions de prêt pour exposition >>


CONTACT

Héloïse Koehler, directrice du Centre de conservation et d'étude
03 90 58 55 75 | E-mail


LIENS

Carte des lieux de conservation et de diffusion du patrimoine archéologique en Alsace >> www.google.com/maps

Politique de l'État, concept de CCE >> www.culturecommunication.gouv.fr

Présentation de l'agence, d'autres réalisations architecturales >>   www.w-architectures.com


REPÈRES

Maîtrise d'ouvrage  Archéologie Alsace

Mandataire

Icade Promotion

Maîtrise d'œuvre 

W-Architectures

Terrain

1 ha (= 10 000 m²)

Surface

4 245 m², dont 1 447 m² dédiés à la conservation des collections

Coût du projet 

10.5 millions d'euros

Financements

Archéologie Alsace / Conseils départementaux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin : 5.7 M€ ; 
État, Ministère de la culture et de la communication : 4 M€ ; 
Région Grand Est : 0.8 M€