Création d'une réserve archéologique immergée

Conservation -  le 21.04.2015  -

Afin de pouvoir conserver des objets et structures de grandes dimensions en bois gorgés d’eau, le PAIR a lancé au printemps 2016 un projet innovant de réserve archéologique immergée dans une gravière de Sélestat, en partenariat avec les Sablières Leonhart.

Des découvertes archéologiques rares et spécifiques

Dans certains contextes archéologiques, et notamment en présence d’eau, les matériaux organiques peuvent se conserver plusieurs millénaires. Les fouilles réalisées dans des secteurs humides tels que les Rieds et/ou sur certains aménagements anciens creusés plus profondément (puits, citernes), atteignant alors le niveau de la nappe phréatique ou celui de nappes perchées, ont permis de mettre au jour des éléments en bois.

Des conditions de conservation adaptées

Ces éléments doivent être conservés dans des conditions adaptées, avec un taux d’humidité de l’air saturé en eau, soit dans des conditionnements hermétiques contenant un filet d’eau, soit en immersion complète, en faisant l’objet de contrôles réguliers afin de prévenir tout développement de moisissures.

Les plus précieux et fragiles, des objets manufacturés généralement de petites dimensions, sont conservés en chambre froide dans nos locaux. Les autres éléments, plus imposants, comme les cuvelages de puits, les pieux d’aménagement de berges ou encore les coffrages de latrines peuvent supporter un stockage moins sophistiqué, à condition d’être maintenus en eau.

La création d’une réserve immergée

La gravière Leonhart à Sélestat (localiser) n’est plus en activité depuis plusieurs années. Comblée par l’eau de la nappe phréatique et préservée, elle constitue une réserve adéquate pour l’immersion de bois archéologiques. Une zone de 900m² environ a été balisée, formant une plage entre 2 et 3 mètres de profondeur.

Les éléments en bois ont préalablement été traités et conditionnés : nettoyage à l’eau ou à l’alcool dilué si présence de moisissures, documentation par photographie et schéma, constat d’état. Ils ont ensuite été emballés dans du géotextile humidifié pour prévenir des développements de mousses et d’algues et regroupés en lots selon les ensembles d’origine, leurs dimensions et leur destination.

Ils ont été placés dans des gabions, des cages métalliques d’une grande solidité, préalablement tapissés de planches et de mousses afin de prévenir de tout mouvement, contact et risque de déformation tout en permettant la libre circulation de l’eau dans la cage. Un inventaire dressé au fur et à mesure de la préparation permet de lister leurs références et localisations, chaque élément étant rattaché au numéro de gabion gravé sur une plaque et inscrit sur une bouée signalant les emplacements en surface.

L’ensemble des gabions a enfin été acheminé puis immergé dans la gravière de Sélestat au moyen d’un bateau amphibie dans un espace balisé et dédié à cette réserve.

Les bois immergés pourront être sortis en cas de besoin d’études complémentaires ou de valorisation. Ils feront également l’objet de contrôles réguliers afin de garantir leur conservation. Enfin, au grès des découvertes archéologiques, d’autres bois pourront être immergés.

Préparation des bois

Conditionnement dans du géotextile humidifié

Rangement dans un gabion

Plan de réalisation de l'immersion

Fixation de lest et de bouée sur un gabion

Acheminement avec bateau amphibie