Wingen-sur-Moder "Erlenkopf", un hameau disparu de la fin du Moyen Âge

Des sondages ont été réalisés en 2015 pour mesurer le potentiel archéologique d’un site inédit découvert en 2011 en forêt par un groupement de prospecteurs bénévoles (désormais réunis au sein de l’Association des Prospecteurs et Archéologues de Wingen et Environs - APAWE), dans la perspective d’une fouille programmée à partir de l'été 2016. 

Localisation du site

Le site sondé est installé à mi-pente sur un replat tourné vers le sud qui bénéficie d’une bonne exposition au soleil tout en étant abrité du vent du nord, replat qui présente la caractéristique d’être bordé à l’est par une source à débit constant et par un chemin creux. Il est distant de 600 m environ d’une pierre dressée dite Breitenstein (située au nord-est), interprété comme une borne de délimitation d’origine romaine, et citée pour la première fois au 8ème s. comme point de repère le long d’une voie de crête (la via bassoniaca).

Le lieu-dit Erlenkopf et la forêt dite autrefois Hüttenwald dont il fait partie, limitrophes du duché de Lorraine, n’ont été intégrés au ban de Wingen-sur-Moder qu’à la fin du 18ème siècle. Jusqu’alors, la Hüttenwald participait du ban de la commune voisine de Wimmenau, possession des sires de Lichtenberg et de leurs héritiers (alors que Wingen-sur-Moder appartenait aux seigneurs de Lützelstein), dont elle formait une excroissance vers l’ouest qui enveloppait la moitié nord du ban de Wingen. Cette situation pourrait résulter d’une transaction, antérieure au milieu du 16ème s.

Premiers résultats

Les sondages ont permis d’observer les probables vestiges d’un village ou hameau disparu, de la fin du Moyen Âge, actuellement recouvert par la forêt. Une seule phase d’occupation a été cernée, qui s’étire entre la seconde moitié du 13ème et le 15ème siècle.

Elle est caractérisée par trois bâtiments de plan quadrangulaire (y compris un édifice sondé en 2012 par l’association), orientés est-ouest, interprétés comme des habitations ou des maisons mixtes, et par une structure de plan circulaire possiblement dédiée à une activité de stockage. Le bâtiment sondé en 2012 se distingue des autres structures par son mode de construction (murs de moellons de grès rose liés au mortier) et par la plus grande variété de mobilier trouvé au contact de ses murs (monnaie, mobilier lithique).

Les autres structures appréhendées, essentiellement des amas de moellons et de blocs de grès ou des murs effondrés, ne peuvent être datées, et leur interprétation comme murs de terrasse et/ou de délimitation, reste sujette à caution. Aucune trace d’activité artisanale, verrière notamment, n’a été relevée sur le site ce qui suggère en creux la prédominance d’une activité agro-pastorale. L’absence de mobilier céramique postérieur au 15ème siècle. suggère un abandon de ce site dans le courant de ce siècle. Le caractère précoce de sa disparition saurait peut-être expliquer son oubli dans les sources du 18ème s., y compris dans la toponymie.

Enfin, si du mobilier lithique préhistorique (dont la datation reste à préciser) a été recueilli au cours de sondages réalisés en 2012, il n’en a rien été cette fois.

Arrière-plan : © Archéologie Alsace


GÉNÉRIQUE

Propriétaire

Office national des forêts

Responsables scientifiques 

Adrien VUILLEMIN (2015-2017), Lucie JEANNERET (2018)

Collaborateurs    

L'équipe se compose d'une dizaine d'étudiants et de bénévoles (Association des Prospecteurs et Archéologues de Wingen-sur-Moder)

Prescription et contrôle scientifique

SRA / DRAC Grand Est


RAPPORTS D'OPÉRATION

2015 | 2016 | 2017


CONTACT

lucie.jeanneret@archeologie.alsace >>